• Qui a peur du grand méchant Poutine .

    Cela fait au moins deux ans, peut-être trois, que j’exprime ici ou là qu’Israël n’a rien à craindre du Président Poutine, et presqu’autant de temps que j’ai envie d’ajouter « bien au contraire ».

    Les faits m’ont donné raison à plusieurs reprises déjà :

    A chacun de ses nombreux déplacements à Moscou, Benyamin Netanyahu a, de façon ostensible, été plus chaleureusement accueilli que Monsieur Hollande.

    Il y eut un certain nombre de signes indiquant la considération du président russe pour Israël, il y eut aussi des signes carrément amicaux.

    Défendant ce point de vue, la plupart du temps sur Facebook, des amis m’opposaient leur suspicion, voire leur rejet catégorique d’un véritable tyran, à leurs yeux.

    Certains de leurs arguments – souvent les mêmes d’ailleurs – étaient pour dire que Poutine est un malin qui voit d’abord l’intérêt de son pays, parfois l’on évoquait chez lui un esprit machiavélique…

    Qu’il voit d’abord l’intérêt de son pays… Mais n’est-ce pas normal pour un responsable politique de ce niveau ? J’y reviendrai.

    Que ce monsieur ne soit pas un saint, c’est à mon avis heureux. La Russie, exsangue après plus de soixante-dix ans de bolchévisme et une pérestroïka sans doute prometteuse mais qui n’a fait que libérer des factions mafieuses, le tout aggravé par la présidence d’un alcoolique notoire (Boris Eltsine), n’a certainement pas besoin, pour se relever de ces décennies de malheurs, d’un démocrate pur jus.

    Concernant Israël et, plus généralement, les Juifs, ce très méchant Vladimir a été choyé, dans ses tendres années, par son professeur d’allemand, une femme juive, ce dont tout le monde sait qu’il conserve un souvenir et une reconnaissance. (Lors d’une de ses visite en Israël, il a voulu la rencontrer et, ayant constaté la pauvreté de son logis, lui a offert un très bel appartement). Il n’est donc pas surprenant que sa relation aux juifs soit un peu spéciale.

    Mais revenons sur du plus sérieux, du moins affectif… Car, oui, Monsieur Poutine travaille d’abord aux intérêts de son pays. Et Monsieur Poutine a bien raison.

    Simplement, il le fait de manière intelligente…

    Qu’a-t-il pu donc voir en Israël que l’Europe ni le pire Potus ayant jamais occupé la Maison Blanche n’a su ou voulu voir ?

    Que les israéliens aiment leur pays et en sont fiers, dans une écrasante majorité ;

    Que donc ils sont décidés, de façon acharnée voir irrédentiste, à le défendre quitte à payer le prix de leur sang. Pour un patriote – on me pardonnera ce vilain mot passé de mode – tel que M. Poutine, cela inspire le respect.

    Qu’Israël, en raison de ses innovations dans une quantité de domaines, a acquis des savoir-faire dont il serait stupide de se priver.

    Je peux citer deux ou trois, voire plus, petites choses – oh ! des petits riens – qui ont sans doute retenu l’attention de notre Vladimir…

    Le Japon qui confie à notre pays la réhabilitation de la zone de Fukushima ; L’Inde, qui devient un de nos alliés, qui nous confie – (entre autres choses) – la tâche de rendre le Gange, leur fleuve sacré, propre et charriant des eaux pures ; la Chine, qui nous demande de mettre en place chez elle un pôle d’innovations ; Je pourrais ajouter bien d’autres projets pilotes qu’Israël mène en partenariat dans des pays d’Afrique et d’Amérique latine pour aider au développement des pays concernés…

    En somme, qu’a fait M. Poutine en se rapprochant de nous ?

    Simplement, il a agi de façon intelligente pour son pays, car il a constaté et intégré ce fait que devrait savoir n’importe quel utilisateur de PC ou de téléphone portable : Israël innove sans cesse, dans pratiquement tous les domaines. Pourquoi la Russie se priverait-elle de ce que nous serions heureux de partager avec le monde entier, et que nous partageons déjà avec l’Inde, le Japon, la Chine bientôt, des pays d’Afrique et d’Amérique du sud – et bien sûr les États-Unis (ce n’est pas pour rien qu’ils financent certaines de nos trouvailles) – et encore, et même, des pays arabes qui préfèrent que cela se fasse de façon discrète ?  

    Un petit dernier mot pour ceux qui ont été choqués que la Russie vote contre nous cette ignoble résolution à l’UNESCO.

    Ben oui, mais ça, c’est plutôt un coup de maître… Parce que sans la Russie, l’Iran est mort. Et je gage que celle-là saura tenir celle-ci en laisse.

    De la part de la Russie, c’est un vote classique. De la part de l’Europe, c’était une ignominie…

    Et maintenant ?

    - Eh bien maintenant nous allons attendre tranquillement le résultat de l’élection américaine de novembre prochain.

    Que Donald Trump l’emporte, et nous aurons une belle troïka, Bibi/Donald/Vladimir…

     

    Que la dés-hilarante Hillary l’emporte… Eh bien peut-être que, dans dix ans, notre force aérienne s’enrichira de quelques dizaines de Shukoï de la dernière génération… 

     

    Nota bene: Le présent article est libre de reproduction à condition qu'elle soit intégrale et que la source soit mentionnée.


  • Commentaires

    1
    Mercredi 8 Juin 2016 à 14:47

    Pour les anglophones:

    Communiqué officiel du gouvernement d'Israël (08 juin 2016):

    Prime Minister Benjamin Netanyahu, this afternoon (Tuesday, 7 June 2016), at the Kremlin, held a lengthy working meeting with Russian President Vladimir Putin. They discussed a large number of issues including Syria and other regional issues pertaining to the national security of both countries. The two leaders discussed the continuation of regional coordination between their respective militaries, which has worked very well up until now. They also discussed agricultural issues (milk production with the assistance of Israeli technologies), the pensions agreement that was signed between the two countries, tourism, health, the manufacture of medicines and other issues.

     

    Prime Minister Netanyahu told Russian President Putin that he appreciated his efforts on the pensions issue.

     

    Prime Minister Netanyahu issued the following statement at the joint press conference with Russian President Putin:

     

    "President Putin, I would like to thank you for the hospitality in Moscow and here in the Kremlin. We have just concluded a comprehensive and effective working meeting for the benefit of both countries. We signed several important bilateral agreements in energy, agriculture, and pensions and social insurance rights. This is an asset. I would like to thank you for your cooperation on all of these and in other fields in which we are moving forward toward cooperation that you did well to define in your remarks.

     

    Today we are celebrating 25 years since the resumption of diplomatic relations between the two countries. I remember those days, those first years and what preceded them. I was at a meeting between Yitzhak Shamir and Andrei Gromyko in New York. Since then our relations have developed systematically and at an increasing pace; this visit, of course, is a milestone.

     

    There was a strong bridge for the resumption of relations and the strength of feeling between the two peoples. We will never forget the role of the Russian people and the Red Army in its effort in the east, in tandem with the efforts in the west, to defeat the Nazis. The memorial in Netanya is a concrete and tangible expression of this historical memory. But it was a living bridge in the form of over a million of our citizens who came from the former USSR, Russian speakers from birth, and they truly are splendid ambassadors between our two countries.

     

    Today we marked the first 25 years of the resumption of relations but we focused mainly on looking forward to the next 25 years. We are cooperating in the fields of technology, innovation and high-tech, in economic matters, trade, tourism and culture – we will soon see a living expression of this at this evening's performance – and in many other areas.

     

    Today we decided that there should be focal points of cooperation. Two representatives will be responsible for links regarding innovation and technology between Israel and Russia. I have also expressed my appreciation that not far from here is a Russian government supported institute for the study of the Hebrew language. I also expressed the hope that one day the number of Hebrew speakers in Russia will reach the number of Russian speakers in Israel. This will take a little time but it expresses the growing link between us.

     

    The future is open to us but we also spoke about the present. We discussed the future of coordination between our militaries in the region, which has worked very well, in preventing confrontations and in ensuring that we work against the same elements that endanger us all. And indeed we spoke at length about our common challenges, those of all civilized countries, such as radical Islam and the terrorism that it spreads.

     

    Mr. President, the fact that you acceded to my request and that of the IDF Chief-of-Staff to return to Israel the tank from the Battle of Sultan Yacoub attests to the strength of our bilateral relations. This is a humanitarian gesture of the highest order for the families of the MIAs from this battle who for decades have had no grave to visit. We are not abandoning our MIAs and we will continue to look for what happened to them and bring them back home but at this time I would like to thank you on behalf of myself, the people of Israel and the families for this important gesture. It touches our hearts.

     

    I would like to again express my appreciation for the special and moving welcome that you prepared for me, my wife and the members of our delegation. Our faces are toward the future. Thank you very much."

     

    Later, an an event at the Bolshoi Theater to mark the 25th anniversary of the resumption of diplomatic relations between the two countries, PM Netanyahu made the following remnarks:

     

    "We are threatened by the forces of barbarism. They threaten every enlightened society on earth. They cut off heads and destroy cultural treasures. We know that we need to unite in order to save human civilization from them. We spoke about this at length and here as well our partnership stems from that same basic and deep link of common values.

     

    I would like to thank you again for the major role you have taken upon yourself in strengthening ties between our two countries. I am certain that in another 25 years when they look back they will remember this evening as a milestone between Russia and Israel."

     

     

    2
    Jeudi 9 Juin 2016 à 07:07
    דוב קרבי

    Bien vu. Confirmation par la Metula News Agency ce jour, après le bombardement de Homs ce vendredi. Il est impensable que l'armée de l'air israélienne ait pu bombarder là meilleure unité de l'armée d'Assad, commandée par son propre frère, sans que Poutine ait donné son accord à Israël.

    Un nouveau rapport de force en bonne voie. 

    La conférence de Paris sombre dans le ridicule, ce qui était prévisible.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :