• Copie d'un mail d'Europe-Israël. Contient des informations importantes...

    Campagne antisioniste de « Action contre la faim »: stoppons massivement nos dons à cette ONG !

    L’ONG « Action contre la Faim » lance une grande campagne de propagande anti-israélienne !

    Cette ONG fiancée par l’Etat français vient de produire un site internet et un film de propagande anti-israélien, mensongé et sans aucune objectivité, diffusé à grande échelle à l’occasion des 20 ans des Accords d’Oslo. Rappelons à cette ONG que les palestiniens mobilisent à eux seuls plus de 30 % de l’aide humanitaire mondiale, qu’à Gaza par exemple l’aide humanitaire représente près de 2200 $ par mois pour chaque palestinien ! 

    Il est effarant de voir une telle ONG qui, jusque là semblait faire une travail remarquable de terrain, emboîter le pas de la victimisation des palestiniens pour devenir une officine des terroristes de Ramallah et de Gaza !

    Tous les clichés de la propagande mensongère palestinienne y sont largement développés. On y parle bien évidemment de « territoires occupés », de « colonisation » alors qu’il s’agit bien de territoire libéré de l’occupation Jordanienne en 1967 et de réimplantation juive sur terre juive depuis plusieurs millénaire qui ne fût occupée par les arabes que pendant 18 ans ! 

    Dans cette exercice de pure propagande issue des terroristes islamistes de Ramallah, on est bien loin des buts de cette ONG qui ne devrait s’occuper que de la faim dans le monde. Il faut donc s’interroger sur les objectifs poursuivit par « Action contre la faim » qui ne semble pas avoir trouvé d’autres vraies causes humanitaires ailleurs dans le monde.

    Cette ONG devient ainsi une officine palestinienne et insidieusement attise la haine en pleine négociation sur le processus de paix entre israélien et palestinien jusqu’à ce qu’elle ferme ce projet qui se trouve aux antipodes de ses objectifs.

    « Action contre la faim » n’est malheureusement pas la seule ONG à avoir cette dérive anti-israélienne: nous avions déjà dénoncé la même attitude de la part des médecin français de   »Médecin sans frontière ».

    Europe Israël appelle tous les donateurs français amis d’Israël à ne stopper les dons à « Action contre la faim » et à le faire savoir.

    Jean-Marc Moskowicz
    Président d’Europe Israël

     

    Selon NGO Monitor:

    • « Broken Hopes, Oslo’s Legacy » est un web-documentaire de 20 minutes qui « s’intéresse à la fragmentation du territoire palestinien occupé, en particulier en Cisjordanie, et aux nombreux cloisonnements et restrictions imposés aux Palestiniens depuis Oslo»
    • Le documentaire a été produit par l’ONG française Action contre la Faim.
    • « Broken Hopes » présente un récit unique de la victimisation palestinienne et de la violence israélienne, impliquant des témoignages d’« experts » de plusieurs ONG bénéficiant de fonds publics, certaines d’entre eux étant des organisations anti-israéliennes radicales.

    Action contre la Faim

    • Action contre la Faim (ACF) est une ONG française qui affirme « être une des plus importantes organisations dans la lutte contre la faim dans le monde ». La charte d’ACF affirme les principessuivis par cette dernière dans son activité : « indépendance, neutralité, non-discrimination, accès libre et direct aux victimes, professionnalisme et transparence. »
    • ACF est notamment financée par l’Union Européenne (34 757 559 €), la Suède (5 404 327 €), les Etats-Unis (2 862 965 €) et la France (2 416 018 €).
    • ACF ne fait que répéter le point de vue palestinien du conflit, le vidant de toute sa complexité. Par exemple, un rapport qualifie le blocus de Gaza de « déni de droits fondamentaux en violation du droit international équivalent à un châtiment collectif ».
    • ACF est membre de EWASH (Emergency Water Sanitation and Hygiene), une coalition d’ONG qui présente un récit unilatéral, ignorant les accords négociés (tels que les Accords d’Oslo) qui fixent les modalités relative à l’accès à l’eau afin d’accuser Israël de violer le droit international sur le droits sur l’eau. EWASH joue un rôle politique majeur dans la promotion de mensonges sur les questions de l’eau, qui sont ensuite répétés par les ONG, les organismes des Nations Unies et les médias (voir la fiche d’information sur EWASH de NGO Monitor pour plus d’informations).
    • En 2002, la présidente d’ACF, Sylvie Brunel, a démissionné de son poste parce qu’elle « s’est rendu compte qu’elle était confrontée à un business ». Elle a déclaré au quotidien Libération : « J’ai le sentiment très net que, à ACF, les critères d’ouverture et de fermeture des missions sont devenus purement financiers. »

    Le documentaire

    Le documentaire « Broken Hopes » présente un récit unique de la victimisation palestinienne et de la violence israélienne. Par exemple, il se concentre sur les « attaques commises par des colons », en omettant de parler des attaques commises par des Palestiniens.

    Le documentaire accuse Israël d’être le seul responsable dans le conflit : selon la narratrice, « l’occupation par Israël de Jérusalem-Est bloque le processus de paix. » Le documentaire blâme également Israël pour la souffrance des Palestiniens, relayant de fausses allégations (« Ici, en Palestine, nous n’avons pas d’eau, pas d’électricité »).

    Le documentaire affirme de manière tendancieuse que les villes juives jettent « tous leurs déchets, déchets nocifs et domestiques », que « l’eau est noire et mortelle » et que cela « cause des problèmes de santé et des maladies de la peau aux enfants ».

    Dans un article consacré à « Broken Hopes », le quotidien belge De Standaard, partenaire officiel du documentaire, écrit en légende d’une image tirée du documentaire : « Parfois, l’eau est empoisonnée par les colons. »

    Participation d’autres ONG politisées

    Le documentaire inclut l’avis sur le conflit de trois « experts » : Yehuda Shaul, Michel Warschawski et Stephen Wilkinson, travaillant tous pour des ONG radicales.

    Yehuda Shaul est co-fondateur de Breaking the Silence. Cette ONG joue un rôle central dans les campagnes de diabolisation et de Boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) visant Israël, basées sur « destémoignages de soldats » pour « démontrer la profondeur de la corruption qui se répand dans l’armée israélienne [...]. La société israélienne continue de fermer les yeux et de nier ce qui se passe en son nom. » Breaking the Silence a été active dans la promotion de fausses accusations de « crimes de guerre » contre Israël, après les combats à Gaza en Janvier 2009, et continue de mener ces campagnes à travers de nombreux événements internationaux. En 2010, Breaking the Silence a publié un livre de « témoignages » anonymes et invérifiables, Occupation of the Territories – Israeli Soldier testimonies 2000-2010. Une analyse de NGO Monitor a révélé que ce livre était en proie à des problèmes méthodologiques et semblait adapter les témoignages à des « analyses » prédéterminées sans fondement selon lesquelles les actions israéliennes ne sont pas justifiées par l’autodéfense, mais destinées à « terroriser la population civile. »

    • Yehuda Shaul déclare dans « Broken Hopes » que l’objectif des Israéliens à Hébron est de « nettoyer tout le territoire de sa preuve palestinienne. »
    • Shaul déclare en outre dans le documentaire que « le concept de l’armée israélienne à Hébron est de faire de la vie de tous les Palestiniens un enfer ».

    Michel Warschawski, co -fondateur de l’Alternative Information Center (AIC), a déclaré que « l’on doit rejeter catégoriquement l’idée même (et l’existence) d’un Etat juif, quelles que soient ses frontières. » (Conférence de Haïfa pour le Droit au retour, Juin 2008).

    • Michel Warschawski affirme dans « Broken Hopes » que « la population israélienne a les moyens de savoir ce qui se passe de l’autre côté du mur, mais ils ferment les yeux, comme les Français pendant l’occupation. »
    • Il qualifie également la réponse de l’armée israélienne aux attaques terroristes venant de Gaza en 2009 de « méga acte terroriste. C’est terroriser une population pour lui rappeler qui est le maitre. »

    Stephen Wilkinson est le conseiller humanitaire deDiakonia sur le programme international de droit humanitaire, basé à Jérusalem. Les projets de cette ONG, tels que le « Soutien aux organisations de la société civile palestiniennes » et le « Programme de droit international humanitaire » (DIH), font la promotion du récit palestinien et de la « guerre juridique » contre Israël, exploitent et déforment le droit international.

     

    Lorin Maugery | NGO Monitor


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :